Qualité de vie au travail et prévention RPS

Qualité de vie au travail

La démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail s’approche, à mes yeux, d’une exploration en terre plus ou moins hostile.
Chaque structure, chaque service, part d’une histoire, d’un état, d’un constat particuliers.
Et chaque individu a des aspirations différentes, des confiances personnelles dans les outils choisis ou les professionnels intervenants.

Cette démarche s’articule dans un projet à long terme pour santé de chacun, y compris de la structure vivante que représente l’entreprise ou le service public bénéficiaire. Il convient de rappeler et souligner que le bien-être au travail est source de performance économique en contribuant à diminuer des dépenses (absentéisme, turn over…) et à augmenter l’engagement des salariés et, par ricochet, la créativité, la qualité du travail, le relationnel avec les clients*.

En tant que conseillère du travail*, la recherche de la meilleure qualité de vie au travail est l’essence de mon activité professionnelle. La démarche de prévention des risques et la médiation sont des outils, puissants et utiles, à cet enjeu global. Cette profession spécifique est appelée à participer régulièrement à la vie de l’entreprise : le Code du travail prévoit, par semaine, 3 demi-journées d’intervention sur site, par tranche de 250 salariés.

Les actions possibles pour participer à cet objectif d’amélioration continue sont aussi variées qu’il existe de structures professionnelles. C’est pourquoi, chaque jour, je travaille à construire et renforcer un réseau d’intervenants partenaires : offrir le service qui vous convient le mieux est source de confiance, d’adhésion et de participation de tous à une démarche profonde et durable.

* Anact : « Bien-être au travail et performance économique » http://www.aractidf.org/qualite-de-vie-au-travail/ressources/bien-etre-au-travail-et-performance-economique
* D4631-1 et suivants du Code du travail

Prévention des risques psychosociaux

La prévention des risques professionnels représente un enjeu majeur (et économique) pour la vie des salariés, des entreprises, et pour la Société.
Plus précisément, les risques psychosociaux sont un sujet d’actualité depuis plusieurs années, souvent en raison de la gravité de leur conséquences. La prévention des risques professionnels est une obligation de l’employeur*.

Intervenante en prévention des risques professionnels enregistrée auprès de la DIRRECTE des Pays-de-la-Loire*, je suis spécialisée dans les domaines des risques psychosociaux, de la santé et du handicap, de l’organisation et des conditions de travail.

De l’élaboration du document unique aux situations spécifiques nécessitant une intervention particulière, je m’adapte à vos besoins et attentes : conseil, formation*, accompagnements collectifs ou individuels.

Méthode et outils

Après la prise de contact et la détermination de vos objectifs, une première phase d’évaluation s’organise. Selon les besoins de ce premier recueil de données, la durée de cette évaluation peut prendre plusieurs jours et demander de rencontrer des acteurs de votre entreprise (salariés, cadres, médecin du travail, agents des ressources humaines…). Nous y analyserons les démarches de prévention déjà en cours : cela permettra de cibler les besoins. Le plan d’action que nous définirons ensemble peut s’axer plutôt sur

  • la prévention primaire (document unique ; mise à disposition pour accompagnements individuels confidentiels ; sensibilisations aux addictions, au harcèlement ; accueil des travailleurs en situation de handicap…),
  • la prévention secondaire (ateliers autour de la communication – créatifs, serious games, assertivité -, formations à la gestion de risques spécifiques, groupes de travail de prévention…) ou
  • de la prévention tertiaire (groupes de parole, analyses d’accident ou événement grave, situation de harcèlement à résoudre, etc.)

Nous validerons l’intérêt de faire appel à un consultant ou intervenant spécialisé (psychologue du travail ?coach ? sophrologue ? art-thérapeute ?) (ingénieur ou gestionnaire de risques ?) et nous organiserons le planning du plan d’action avec l’ensemble des acteurs concernés.

Pour le recueil de données et l’analyse, j’aime faire appel aux outils du travail social et de la sociologie : observations participantes, formations-actions. Les entretiens et l’analyse des données administratives peuvent demander plusieurs jours de travail.

Concernant l’organisation de formations, les outils pédagogiques seront sélectionnés pour correspondre au mieux au public ciblé. Je veille également à permettre aux différents types d’intelligences de trouver leurs zones de confort au cours du déroulé.

*Code du travail L4121-1 et suivants
*Décision n°405 du 2 octobre 2017
*Enregistrement Datadock grâce au réseau Ad’Missions – Les formations sont réalisées sur-mesure : taille de l’entreprise, services concernés, niveau des participants, objectifs communs et individuels.